Industrie 4.0 chez M2M

RÉVOLUTION INDUSTRIELLE

L’industrie 4.0 est un concept qui fait référence à une quatrième révolution industrielle et donc, à l’image des 3 dernières elle à une nouvelle méthode de production.

Plus concrètement, l’usine 4.0 est un système interconnecté qui relie machines, méthodes de gestion (telles que les Enterprise Resource Planning, ERP) et les produits. Il s’agit d’un “nouvel atelier” qui peut prend les formes suivantes :

  • Une usine innovante
  • Une usine totalement digitalisée
  • Une usine flexible
  • Une usine tournée vers ses acteurs externes
  • Une usine responsable sur le plan sociétal
  • Une usine économe et responsable sur le plan environnemental
  • Les technologies de l’usine du futur

Le constat est clair : les entreprises allant vers une usine 4.0 embrassent les nouvelles technologies, certaines étant encore émergentes ou à des stades d’utilisation n’exploitant pas leur plein potentiel (rappelant ainsi les précédentes révolutions industrielles). Mais quelles sont les technologies de cette révolution ?

Internet of Things (IoT) : aussi appelé “Internet des Objets” en français qui correspond à l’extension de l’internet aux objets physiques (échanges de données issues du monde physique). La collecte de données sur ces objets permise par les technologies dites “IoT” est telle que les entreprises doivent faire appel à de nouveaux types d’infrastructures pour stocker et analyser ces data (cloud et big data notamment). Ce concept est aujourd’hui au coeur des industries 4.0. IBM a publié en 2015 une vidéo permettant de mieux appréhender cette technologie appliquée à l’industrie :

Le Cloud : qui permet de bénéficier de la puissance de calcul et de stockage de serveurs informatiques distants, et ce à des coûts inférieurs à ceux des parcs informatiques internes. Les serveurs sont loués selon des critères techniques (correspondant à des niveaux d’utilisation différents) ou bien au forfait. Les géants du cloud (Amazon, Google, Microsoft…) proposent généralement des services complémentaires comme la structuration et le stockage des données optimisés pour l’IoT ou encore des services “d’intelligence” pour analyser ces données (cf. Intelligence Artificielle).

Le Big Data : les technologies évoluant, et notamment les infrastructures de stockage et d’échanges de données, les données ont aujourd’hui atteint une volumétrie gigantesque qu’aucun outil classique de gestion de base de données ne peut analyser. Cette problématique a mené à l'émergence de la data science qui a pour but de structurer ces données et de rendre accessible des analyses pour les entreprises.

Intelligence Artificielle : domaine d’étude qui s’intéresse à l’intelligence des machines, et qui a généralement pour objet de permettre à ces dernières d’imiter l’intelligence humaine.

  • Machine Learning : un processus piloté centré sur les data grâce auquel une machine apprend de manière autonome, sans être programmée pour le faire. Les algorithmes sont utilisés pour trouver des modèles dans les data, aidant à déduire les modèles futurs.
  • Deep Learning : Le Deep Learning, ou apprentissage profond, est l’une des principales technologies de Machine Learning et d’intelligence artificielle. Découvrez en quoi consiste cette technologie, son fonctionnement, et ses différents secteurs d’application.

La réalité augmentée : une technologie permettant de visualiser en temps réel des objets et entités physiques sur un support numérique, et ce de manière améliorée. Ainsi, la réalité augmentée peut faciliter la maintenance industrielle

La réalité virtuelle, quant à elle, va plus loin : elle plonge l’utilisateur dans un monde virtuel et lui propose d'interagir avec des éléments de ce monde. Les utilisations de la réalité virtuelle dans l'industrie sont encore à imaginer mais des entreprises l’utilisent déjà, par exemple pour la formation de leurs employés.

La blockchain : l’augmentation des échanges de données s’est accompagnée d’un fort besoin en sécurité et protection, les systèmes d’information étant, sous leur nouvelle forme, encore plus soumis à des failles de sécurité ou à des attaques. La blockchain répond à ce besoin. Il s’agit d’une technologie de stockage et de transmission d’informations sans organe de contrôle. C’est un journal des échanges distribué de toutes les transactions effectuées depuis le démarrage du système.

Technologies web et mobile : depuis les années 2000, les applications web n’arrêtent pas de se diffuser et de se démultiplier. Plus récemment, ce sont les applications mobiles (smartphones et tablettes) qui montent en puissance. Ces technologies sont de véritables outils de la gestion des performances. Elles assouplissent les échanges entre les collaborateurs internes et externes et allègent ces derniers des tâches lourdes et à faible valeur ajoutée